Travail de plaidoyer

En partenariat avec le National Aboriginal Council of Midwives (NACM) et d’autres associations de sages-femmes, nous plaidons auprès des gouvernements concernés en faveur de changements de politiques et de financement pour faire progresser la pratique sage-femme autochtone; pour faire croître, diversifier et rendre plus accessible la pratique sage-femme partout au Canada; et pour investir de manière durable dans le renforcement de la pratique sage-femme dans le monde.

Les gouvernements et le public auront une meilleure connaissance de la pratique sage-femme, du rôle des associations de sages-femmes et de leur apport en matière de santé et de droits sexuels et reproductifs au Canada et ailleurs dans le monde.

En mai 2021, plusieurs figures de la profession de sage-femme au Canada se sont présentées comme témoins devant le Comité permanent de la condition féminine de la Chambre des communes. Le Comité avait reçu un ordre permanent de la Chambre des communes lui demandant de mener une étude sur les services de sages-femmes au Canada, portant notamment sur les conséquences de la suppression du programme de formation en pratique sage-femme de l’Université Laurentienne et sur les stratégies pour assurer le maintien de l’accès aux services de santé.

 

Présentatrices : Alix Bacon (présidente, ACSF), Lisa Morgan (Université Laurentienne), Susan James (Université Laurentienne), Kristy Bourret (Université Laurentienne), Kim Campbell (présidente, ACFSF), Jasmin Tecson (présidente, AOM), Josyane Giroux (présidente, RSFQ), Claire Dion Fletcher (co-présidente, NACM), Brenda Epoo (co-présidente, NACM) et Louise Aerts (présidente, CCOSF).

 

Parmi les appels à l’action lancés au fédéral :

  • Aider à la relocalisation du programme de formation des sages-femmes de l’Université Laurentienne
  • Accroître les investissements dans la pratique sage-femme autochtone, y compris en enseignement
  • Permettre aux sages-femmes de bénéficier du programme d’exonération de remboursement du prêt d’études
  • Allouer des fonds au sein de Santé Canada pour créer des programmes visant à diversifier le personnel de la santé
  • Faire en sorte que la classification des professions du Conseil du Trésor du Canada reconnaisse les sages-femmes comme prestataires de soins de santé primaires
  • Créer des postes de cadres supérieures, comme un de responsable de la profession de sage-femme, à Santé Canada
  • Investir dans le travail de renforcement des capacités que fait l’ACSF pour les associations canadiennes de sages-femmes

UNE RÉUSSITE!

La plateforme du Parti libéral promet d’inclure les sages-femmes dans la liste des professionnels de la santé éligibles au programme d’exonération de remboursement du prêt d’études pour les médecins de famille et le personnel infirmier. Ils s’engagent également à augmenter le montant de l’exonération de 50 % sur cinq ans.

Le congrès triennal de l’ICM prévu en juin 2020 à Bali en Indonésie a été annulé et remplacé en 2021 par un événement virtuel. L’ACSF y a organisé plusieurs présentations.

La co-présidente du NACM Claire Dion Fletcher et la présidente de l’ACSF Alix Bacon ont représenté la pratique sage-femme canadienne à la rencontre du conseil de l’ICM au début de juin.

UNE RÉUSSITE!

L’ACSF et le NACM y ont présenté un énoncé sur le partenariat entre les sages-femmes autochtones et non autochtones. Le conseil de l’ICM, constitué de 124 pays membres, a voté en faveur du document. Cet énoncé de position a donc été adopté par l’ICM.

En 2020, les Dres Kirsty Bourret et Cristina Mattison (du centre de recherche en pratique sage-femme de l’Université McMaster) ont achevé leur projet de recherche sur les bénéfices du renforcement des capacités des associations de sages-femmes, qui s’est penché sur les activités à l’international de l’ACSF et sur son approche. Ce projet a été financé par l’ACSF et MITACS.

UNE RÉUSSITE!

En février 2021, les chercheuses ont été choisies pour présenter une synthèse de leurs travaux à Affaires mondiales Canada (AMC) à l’occasion du colloque Concours d’idées de politique internationale (CIPI). Il s’agissait là d’une occasion exceptionnelle de démontrer à AMC et à d’autres acteurs que l’approche de renforcement associatif de l’ACSF peut améliorer la santé et les droits sexuels et reproductifs.

La présidente de l’ACSF Alix Bacon a participé à une réunion du comité directeur des sages-femmes de l’Île-du-Prince-Édouard pour présenter le modèle canadien de pratique sage-femme et souligner l’importance de l’accouchement à domicile et de la reconnaissance et de l’inclusion de la pratique sage-femme autochtone dans les règlements sur la profession.

 

L’ACSF a fait une présentation semblable plus tôt cette année au comité de mise en œuvre de la pratique sage-femme du Yukon.

En novembre 2020, l’ACSF a participé à une table ronde organisée conjointement par la ministre de la Santé Patty Hajdu et la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres Maryam Monsef. L’événement marquait le début des 16 jours d’activisme contre la violence fondée sur le genre ainsi que la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

UNE RÉUSSITE!

L’ACSF et le NACM ont reçu du financement de l’Agence de la santé publique du Canada pour élaborer et diffuser des ressources, des ateliers et des cours afin d’aider les sages-femmes à mieux reconnaître la violence conjugale et à y réagir. Pour plus de détails sur le projet : https://canadianmidwives.org/family-violence/

Le NACM continuera de prodiguer des conseils à titre d’expert en soins reproductifs et en santé des femmes autochtones à Services aux Autochtones Canada.

Au cours des 14 dernières années, l’ACSF et le NACM ont soigneusement cultivé une relation de collaboration, avec la conviction que de véritables partenariats entre prestataires de soins de santé autochtones et non autochtones permettront d’améliorer la santé des familles autochtones. L’ACSF reconnaît ses responsabilités dans la reconstruction des nations autochtones et effectue ce travail sous la direction du NACM.

Le NACM et l’ACSF continuent de partager leurs infrastructures et ressources afin de renforcer mutuellement leur travail et leur voix.

 

Pour en savoir plus sur le rôle de premier plan du NACM en matière de pratique sage-femme autochtone, visitez https://indigenousmidwifery.ca/

 

Lisez l’énoncé de position de l’ACSF sur la lutte au racisme contre les Autochtones.

Comment l’ACSF fait-elle entendre la voix des sages-femmes ailleurs dans le monde?

UNE RÉUSSITE!

  • Annonce de nouveaux projets en pratique sage-femme financés par Affaires mondiales Canada : 
    • Projet d’appui à la santé sexuelle et reproductive égalitaire (PASSREL)

    Lancé en avril 2021, ce projet sur cinq ans a pour objectif d’offrir un meilleur accès à des soins de santé de qualité à 60 000 adolescentes et femmes en âge de procréer à Port-au-Prince, en Haïti. Le projet contribuera aussi à l’élimination de la violence sexuelle et fondée sur le genre.

     

    PASSREL sera mis en œuvre par trois organisations canadiennes : la Fondation Paul Gérin-Lajoie (FPGL), l’Association canadienne des sages-femmes (ACSF) et la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC). Elles travailleront en étroite collaboration avec trois organisations haïtiennes : la Fondation pour la santé reproductrice et l’éducation familiale (FOSREF), l’Association des infirmières sages-femmes d’Haïti (AISFH) et la Société haïtienne d’obstétrique et de gynécologie (SHOG).

     

    • Projet SMART-SMR (soins de maternité respectueux)

    Ce projet d’une durée de quatre ans permettra aux femmes en âge de procréer et vivant dans des régions ciblées de la République démocratique du Congo (RDC) et du Soudan du Sud d’avoir accès à des centres de santé qui offrent des soins de qualité et adaptés à la réalité des femmes. Le projet renforcera les capacités du personnel et des associations de sages-femmes.

    L’ACSF pilotera ce projet en partenariat avec la Société congolaise de la pratique sage-femme (SCOSAF) et la South Sudanese Nurse and Midwives Association (SSNAMA).

DOULEURS DE TRAVAIL (film d’animation)

Ce court film d’animation, inspiré de la véritable histoire d’une jeune sage-femme usant de son ingéniosité et de sa formation pour sauver la vie d’une mère souffrant d’une hémorragie postpartum, a été présenté dans neuf (9) festivals internationaux (notamment au Canada, aux É.-U., en Tanzanie, en Afrique du Sud et en Zambie). Le film sert d’outil de sensibilisation à l’importance et à la valeur des sages-femmes dans le système de santé. Douleurs de travail a été visionné 18 000 fois en ligne.

Douleurs de travail (en français) https://www.youtube.com/watch?v=BWjNqzHJN-k

Labour Pains (en anglais) https://www.youtube.com/watch?v=yGHUOszNKbI&t=20s

 

 

Les sages-femmes connaissent toujours une chanson

Il s’agit de matériel d’engagement du public pour promouvoir la collaboration entre les sages-femmes du Canada et du Soudan du Sud, y compris un magazine, des courts métrages, des publications sur les réseaux sociaux et un documentaire Web. Le matériel, partagé sur les réseaux sociaux, a été vu plus de 225 000 fois. Pour information : www.midwifesongs.org/fr/accueil/

 

Des voix pour le changement (documentaire)

Ce documentaire présente la vie et le rôle de deux sages-femmes sud-soudanaises et de deux sages-femmes canadiennes. En date de septembre 2021, il a été vu par environ 5 000 personnes et on comptabilisait plus de 100 000 visionnements en ligne.

 

Des voix pour le changement : portraits des sages-femmes (sous-titres en français)

 

 

Pour en apprendre plus sur ACSF Mondial : https://cam-global.org/fr/