Renforcer les associations

Renforcer les associations afin qu’elles se dotent de structures internes solides, d’une efficacité organisationnelle, de cadres anti-oppression et d’une capacité financière leur permettant d’offrir des programmes en santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile (SRMNI) et en santé et droits sexuels et reproductifs (SDSR) et qu’elles puissent plaider en faveur de la profession.

 

Le partenariat de longue date entre le NACM et l’ACSF sert de fondement à notre approche de renforcement des associations. Il est devenu un élément central de tous nos programmes mondiaux, et nous nous servons maintenant de nos expériences, nos apprentissages et nos données pour créer un cadre de renforcement destiné à nos associations membres au Canada.

 

En avril 2021, l’ACSF a créé un nouveau poste en appui à ce pilier de notre travail. La coordonnatrice du renforcement des associations travaille en étroite collaboration avec les associations membres de l’ACSF et les réseaux nationaux de sages-femmes afin de cerner leurs besoins et de développer, mettre en œuvre et évaluer des plans et des activités de renforcement de leurs capacités qui permettront de solidifier leurs structures internes, d’améliorer leur efficacité organisationnelle et d’accroître leurs moyens financiers.

Les associations seront considérées comme des expertes en santé et droits sexuels et reproductifs et les décideurs politiques solliciteront leur avis.

Deuxième phase du projet de recherche en renforcement des associations de sages-femmes (MITACS 2.0)

La deuxième phase du projet de recherche en renforcement des associations de sages-femmes, financé par l’ACSF et MITACS, s’est amorcée au début de 2021. Dirigé par les Dres Kirsty Bourret et Cristina Mattison, ce projet se concentrera sur le soutien au renforcement des capacités des associations de sages-femmes.

Trois (3) organisations canadiennes font l’objet de la recherche : l’Association of Midwives of Newfoundland & Labrador, la Midwives Association of Alberta et l’Association of Nova Scotia Midwives.

 

Les résultats préliminaires de l’étude ont déjà servi à élaborer une enquête nationale, qui visait à recueillir des données de référence pour faire le suivi et l’évaluation du travail de renforcement des capacités des associations nationales de l’ACSF.

 

La première phase de ce projet de recherche, achevée en 2020, a démontré qu’investir dans les associations de sages-femmes peut améliorer l’égalité des genres et l’accès général des femmes et des filles à la santé et aux droits sexuels et reproductifs. L’ACSF a réalisé un webinaire pour présenter les résultats de la première phase (MITACS 1.0).

 

Pour voir la présentation :

https://www.youtube.com/watch?v=EVEP9znHCYQ (français)

Les associations deviendront plus pertinentes et crédibles aux yeux de leurs membres.

Élaboration d’un cadre national sur les questions de l’assurance de la qualité et du manque d’accès à la certification des instructrices en urgences obstétricales.

En collaboration avec le comité national sur les compétences en urgences obstétricales, l’ACSF a terminé la première phase de la conceptualisation d’un cadre national qui aborde les questions de l’assurance de la qualité et du manque d’accès à la certification des instructrices en urgences obstétricales auxquelles font face des associations provinciales et territoriales aux capacités limitées.

L’ACSF a également entamé des consultations avec des parties prenantes et prévoit de déployer un système de gestion de l’apprentissage qui permettra aux associations de mieux gérer la formation en urgences obstétricales pour ses membres et la certification des instructrices.

De solides partenariats mutuels et bilatéraux seront instaurés.

Deux nouveaux réseaux nationaux de sages-femmes ont vu le jour dans les dernières années :

 

 

En plus de la participation du NACM au conseil d’administration de l’ACSF, le NACM et l’ACSF tiennent deux rencontres bilatérales par an pour discuter des questions actuelles sur les opérations, les programmes ou la gouvernance, du travail de plaidoyer auprès du fédéral, d’occasions de partenariat et d’activités communes.

L’ACSF intègrera une approche de lutte contre l’oppression dans ses partenariats et son travail.

Le conseil d’administration et le personnel de direction de l’ACSF ont participé à deux (2) séances de formation en lutte contre le racisme (automne 2020 et printemps 2021). Ces ateliers ont aidé la direction à reconnaître la façon dont les normes culturelles dérivées de la suprématie blanche sont ancrées dans les pratiques organisationnelles et à rechercher des moyens d’évaluer d’un œil critique la gouvernance et les pratiques opérationnelles de haut niveau et de les déconstruire dans une perspective d’équité raciale.

 

Parmi les nouvelles politiques adoptées :

  • Politique contre la fraude et la corruption
  • Politique contre l’exploitation et les abus sexuels (mise à jour)
  • Politique contre la discrimination et le harcèlement (mise à jour)